démarrage de « Collisions (32) »

Pour démarrer la collision il faut que les deux constituants élémentaires initiaux (issus du proton par exemple) puissent interagir. Pour cela, le joueur dont c’est le tour doit poser une force permettant cette interaction qui va mettre en jeu cinq cartes au total (les deux cartes initiales, la force et les deux particules créées lors de l’interaction). La difficulté est de s’assurer que la quinte que l’on démarre ainsi avec trois cartes peut être complétée par la suite ou, en d’autres termes, qu’elle est valide.

Pour démarrer la collision il suffit donc d’appliquer les règles pour créer des quintes du « Quark poker (32) ».

Deux configurations, indiquées ci-dessous, peuvent être envisagées pour les brelans formant ces quintes. Dans ces représentations, la force est indiquée par la lettre « F » et les deux cartes rouges correspondent aux constituants des protons qui interagissent. Les cartes avec le signe d’interrogation correspondent à celles que l’on doit pouvoir poser afin de compléter la quinte.

collision_d3

Configuration 1.

et collision_d2Configuration 2.

En pratique, les deux cartes rouges se transforment dans les deux cartes marquées du point d’interrogation sous l’action de la carte force. Cette dernière a servi d’intermédiaire en transmettant les informations (couleurs et symboles) permettant l’interaction. Pour la suite son rôle est terminé. Seules les deux cartes qui vont remplacer celles marquées d’un point d’interrogation sont actives. On peut ainsi réorganiser la présentation des deux brelans du dessin du haut de manière à faire apparaitre les deux cartes finales sur la droite, comme dans la seconde configuration :

collision_d3_reorgConfiguration 1 réorganisée, désignée 1-bis dans la suite.